Umr Marbec
hello world!

Promouvoir une pêche et une aquaculture marines durables

contexte

L’augmentation continue de la demande en produits de la mer depuis 1950 a généré un essor prodigieux de la pêche mondiale, qui s’est concrétisé par une forte hausse des captures (passant de 20 MT à 90MT entre 1950 et 1995), mais aussi de l’effort de pêche. Depuis près de 30 ans, l’effort de pêche au niveau mondial continue d’augmenter, alors que les captures stagnent, générant de plus en plus de situations de surexploitation (malgré des améliorations dans certaines zones océaniques). Actuellement 33% des populations sont surexploitées, 60% pleinement exploitées et seulement 7% restent sous exploitées, ce qui offre peu de possibilités d'expansion des pêcheries. Les seules options pour répondre à la demande croissante en produits de la mer sont donc de reconstituer les stocks surexploités et de développer l’aquaculture, secteur qui est fortement soutenu par l’UE. L’enjeu pour ce secteur est de mettre en œuvre une filière qui intègre les perspectives écologiques, sociales, économiques et institutionnelles pour un usage durable des ressources naturelles. En d’autres termes, cela implique de réduire les rejets d’élevage, de développer de nouveaux procédés, comme les systèmes à recirculation nouvelle génération et les systèmes multitrophiques ainsi que d’améliorer l’adaptation et le bien-être des animaux à ces procédés.
Pêche et aquaculture sont deux secteurs qui impactent fortement les écosystèmes marins et qui, pour être durables, doivent donc se développer dans le cadre d’une approche écosystémique de manière à assurer la sécurité alimentaire tout en préservant l’intégrité et la résilience des organismes et des écosystèmes qu’ils exploitent.

DEFIS

Défi 1 : Contribuer à la sécurité alimentaire tout en diminuant l’empreinte écologique et évolutive de la pêche par la promotion de mesures de gestion soutenant la résilience des écosystèmes exploités et réduisant les captures accessoires d’espèces vulnérables
Défi 2 : Développer des suivis scientifiques des populations exploitées par la pêche
Défi 3 : Améliorer l’équité de l’accès aux ressources naturelles vivantes (pêcheries artisanales vs industrielles, pêcheries vivrières vs minotières...)
Défi 4 : Contribuer à la sécurité alimentaire tout en diminuant l’empreinte écologique et évolutive de l’aquaculture sur la biodiversité marine par la réduction et la valorisation des rejets par bioremédiation ou intensification écologique
Défi 5 : Promouvoir une aquaculture durable respectueuse du bien-être animal (sélection des caractères de santé et de productivité, amélioration des conditions physiologiques...)
crossmenuchevron-upchevron-down linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram